Actualités

L’épargnant et l’effet papillon

Nous voulons tous le meilleur pour nos enfants ou nos petits-enfants. Qu’ils réussissent leurs études, trouvent un travail qui leur plaise, fondent une famille. En un mot, qu’ils s’épanouissent et soient heureux. Depuis leurs devoirs scolaires jusqu’à l’aménagement de leur maison, nous nous impliquons à chaque étape, parfois en râlant, souvent avec plaisir, et dans tous les cas avec bienveillance.
Mais en tant qu’épargnant ? Suivons-nous la même logique ? Pas sûr…

Certes, nous sommes nombreux à leur donner régulièrement un coup de pouce financier, allant jusqu’à piocher parfois dans nos économies, pour les aider à acheter une voiture, les emmener en vacances, leur faire des cadeaux… 

Certes, ces économies, que nous avons construites petit à petit et qui sont devenues notre patrimoine, nous avons conscience qu’un jour, elles leur reviendront. Et là encore nous suivons la même logique de bienveillance, prenant soin de ne pas tout dépenser.

Mais est-ce que notre épargne, elle, est bienveillante ? Agit-elle pour le bien de nos enfants ? 

Bien sûr, les intérêts générés viennent augmenter notre patrimoine qui leur est en partie destiné. Mais si les placements réalisés ne contribuent pas à améliorer le monde dans lequel ils vivent, si les intérêts sont le résultat de politiques économiques dévastatrices, polluant l’air qu’ils respirent, ou l’eau qu’ils boivent, détériorant leurs conditions de travail, alors nous manquons en partie notre but ; par méconnaissance.

C’est dans cette logique que se développent, depuis plusieurs années, les Investissements Socialement Responsables (ISR). C’est-à-dire que les gestionnaires de placements prennent, ici, en compte l’ensemble de l’équation économique, sociale et environnementale pour éviter que la création de valeur ne soit contrebalancée par une destruction.

Les entreprises qui adoptent une démarche ISR affichent d'ailleurs régulièrement une meilleure santé financière et des performances plus intéressantes, en ligne avec leur stratégie et vision de long terme.

Une opportunité pour diversifier son portefeuille, financer les études de ses enfants ou leur constituer un apport pour un achat immobilier, avec bienveillance.

 

Tous épargnants, tous responsables pour nos enfants


                Didier Brochard