Actualités

La tectonique des âges

Notre système de santé, nos régimes de retraite sont au cœur du débat politique aujourd’hui et pourtant, même en tendant l’oreille, qui entend parler de dépendance ?

Tandis que les baby-boomers se transforment actuellement en autant de papy-boomers et que la pyramide des âges de la population française glisse inexorablement vers le haut. Une majorité de seniors, en forme et financièrement à l’aise, vivent une période privilégiée, profitant de leur pouvoir d’achat et de toutes les opportunités qui s’offrent à eux : voyages, activités culturelles ou sportives et autres loisirs...

Mais ce glissement démographique masque un enjeu sociétal d’importance : la dépendance ou l’impossibilité de continuer à vivre de façon autonome.

Si l’âge moyen d’entrée en dépendance recule 
en approchant dorénavant 83 ans, sa durée reste stable à quatre ans. Pallier une perte d’autonomie sur autant d’années nécessite donc des moyens financiers conséquents et bon nombre de nos concitoyens n’auront d’autre choix que de solliciter leur famille.

Or, avec l’augmentation de l’espérance de vie, le nombre de générations vivant au même moment a également augmenté. Désormais, s’il n’est plus rare de croiser des familles composées de quatre générations, les contraintes financières se concentrent sur les générations intermédiaires, qui devront à la fois aider leurs aînés, accompagner leurs enfants, tout en préparant leur retraite.

Consciente de ces enjeux, l’association ASAC dispose déjà d’un contrat dépendance dont les qualités reconnues par des experts indépendants ont encore été saluées cette année, elle le fait évoluer pour continuer à répondre aux attentes nouvelles et notamment intergénérationnelles.

                Parce que l’avenir doit être sécurisé
                Didier Brochard